Beautés Soniques 2014 : mini review Amatorsky – François and the Atlas Mountain – Son Lux

Beautés soniques 2014

On a déjà dit ici tout le bien qu’on pensait de la première édition du festival urbain et automnal. Les Beautés Soniques prenaient leurs quartiers ce dimanche 02 novembre dans le toujours très classe théâtre royal de Namur. Premier constat, le public du jour est définitivement plus jeune (et jolie) que l’assistance habituelle en ces lieux. A peine le temps de boire une Vedett au foyer et l’on a déjà eu le temps de tomber amoureux quinze fois.

Fidèle à son credo, le festival a pour ambition de faire la part belle à la découverte et au partage. L’affiche du jour ne déroge pas à la règle. 

Amatorsky

Amatorsky

Mine de rien, à force de premières parties bien senties (notamment Girls in Hawaï, déjà à Namur, My Little Cheap Dictaphone à l’Eden pas plus tard que la semaine précédente…), on commence à bien connaître les gantois aux sons éthérés. Force est de constater que leur set convient mieux à l’ambiance du théâtre de Namur, propice au recueillement. Avec une mention spéciale au batteur, toujours aussi bon.

François and The Atlas Mountain

Typiquement le style de groupe qu’on aimerait aimer. Avec un leader qui a une chouette histoire, celle d’un artiste torturé parti à l’aventure à Bristol pour découvrir la vie et trouver son âme. François Marry, le leader susnommé, sorte de mix improbable entre Jérome Niel, Mick Jagger et Claude François, vit à fond sa pop world music. Si musicalement, ça pourrait passer, son jeu de scène pour le moins particulier a vite de fait de nous mettre mal à l’aise. Une prestation des plus étranges.

Son Lux

Son Lux

Discrètement mais grandement admirés par ses pairs et une grandissante suite de fans fidèles amateurs de lyrisme électronique, le groupe de Ryan Lott était présent à Namur pour son unique date belge de l’automne. Un petit évènement don. On s’attendait à de la pop avec des arrangements fusion/pop/rock/jazzy. On a eu droit à un concert digne de l’émission Tracks de Arte. Et oui, c’est un compliment dans le cas présent.

Une belle façon de clôturer une belle soirée. Une de plus, pour un festival lancé sur de bons rails et que l’on retrouvera avec plaisir l’année prochaine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.